Actu des prisons, Échos des prisons, Témoignages

COMMUNIQUÉS DE PRESSE – MANIFESTATION DU C.P.D.B.-C.F.G.B. le 27/02 À NAMUR

Communiqué officiel à l’intention de la population et des autorités
“SOLIDARITÉ AVEC LES PRISONNIERS CONFINÉS”

Quelques dizaines de personnes se sont rassemblées, ce samedi 27 février, devant la prison de Namur, suite à un appel lancé par le Collectif des Proches de Détenu.e.s de Belgique (C.P.D.B). Ils et elles étaient présent.e.s pour montrer leur solidarité avec les détenus confinés suite à la propagation de la Covid-19 dans la prison, ainsi que pour dénoncer la gestion de la crise par le ministère, l’administration et les agents pénitentiaires.

Le 17 février, plusieurs détenus ont été testé positif à la Covid-19 et la prison est depuis mise en isolement total. L’infection a débuté dans l’aile D mais s’est propagée dans l’ensemble de la prison en touchant de nombreuses personnes, agents comme détenus. En réponse à cette situation alarmante, la direction a décidé de mettre les détenus en confinement total, 24 heures sur 24 dans leur cellule. Cela engendre des conditions de détention qui s’apparentent à de la torture.

Un détenu confiné a pu nous transmettre des informations depuis sa cellule. Il écrit : « Plus aucune ouverture de porte depuis 07h00 le 23/02. Aucune visite de médecin. Pas de distribution de paracétamol, aucun médicament, aucune assistance psycho-médicale. Les poubelles restent en cellule. Pas de porte ouverte implique pas de douche

Les détenus sont dans des situations dramatiques, sans aide ni aucune prise en considération. Les visites par visioconférence ont elles aussi été stoppées depuis le 17 février (contrairement à ce que disait la note de l’administration) et aucun crédit d’appel n’a été accordé. Il s’ensuit que certains détenus n’ont pas pu prévenir leurs proches de la situation.

Les agents pénitentiaires ne cessent d’affirmer que ce sont les proches de détenus qui risquent d’amener le virus en prison via les visites. Pourtant on remarque que les agents eux-même ne respectent pas les règles sanitaires de base. Le même détenu confiné nous écrit que : « Dans les couloirs qui sont visibles par les guichets, on voit le personnel passer et discuter entre eux, sans port de masque ». Ce sont les agents qui sont les premiers vecteurs de la maladie : enlever le droit aux visites n’empêche pas sa propagation.

Dans cette situation, il est inadmissible de traiter les détenus de cette façon. La crise sanitaire ne doit pas impliquer la fin de l’humanité des personnes enfermées. Ce qui se passe aujourd’hui est révélateur de la manière dont le ministère et les administrations pénitentiaires considèrent les détenus : de tout temps ils sont maltraités et déconsidérés et la crise sanitaire aggrave encore cet état de fait. Il est temps que les détenus puissent vivre dans des conditions dignes.

Le C.P.D.B. rappelle que la seule manière de gérer la crise sanitaire en prison de manière efficace et acceptable, est de libérer des détenus. Comme le collectif le revendique depuis de nombreux mois, il est possible et nécessaire de faire sortir un maximum de personnes de prison, et de les mettre à l’abri de la contagion dans des conditions humaines.

Face à la contagion dans la prison de Namur et sa gestion déplorable, le C.P.D.B. réaffirme les six revendications générales qu’il porte depuis le début du confinement :

1) concertation obligatoire des détenu.e.s et leurs proches

2) droit inconditionnel aux visites

3) traitement humain des détenu.e.s et leurs proches

4) cohérence des mesures sanitaires

5) maintien des aménagements de peines

6) libérations des détenu.e.s

(Lien vers le texte intégral des six revendications : https://laclac.org/2020/11/19/revendications-des-detenus-et-de-leurs-proches-19-novembre-2020/ )

Solidarité avec les prisonniers confinés !

Suite à la manifestation:

Communiqué du CPDB-CFGB à l’intention des détenus de Namur

Hier, lors de la manifestation devant la prison de Namur, nous avons entendu vos nombreux appels à l’aide. Nous rappelons que malgré les murs, vous n’êtes pas seuls, nous pensons à vous quotidiennement, les proches directs attendent pour vous serrez dans leurs bras.Nous restons à vos côtés dans la dénonciation de la responsabilité de la direction et des agents pénitentiaires dans la contamination. Il est temps que l’on reconnaisse cette responsabilité au lieu d’interdire à tout va les contacts avec l’extérieur: VHS, visites, ps, cp. Vos messages sont toujours bienvenus via cpdb.cfgb@gmail.com (e-mail) ou La CLAC – No Prison (fb) : nouvelles de la situation concrète à l’intérieur, comment vous la vivez, revendications. Nous vous avons manifesté notre soutien, même si nous savons que ce n’est pas suffisant et que nous exigeons, comme vous: des aménagements concrets immédiats. Les aménagements concrets ne peuvent pas non plus s’appliquer uniquement aux conditions de détention mais doivent s’attaquer à la gestion générale du milieu pénitentiaire: concertation obligatoire des détenus et leurs proches, libérations. Soutien à vous, détenus de la prison de Namur, soutien à toutes les personnes incarcérées en Belgique. Solidarité!