Relais d'action

[Grève de la faim]: Des femmes détenues au centre fermé d’Holsbeek entrent en résistance

Le 8 mars 2020, à l’heure des mobilisations pour les droits des femmes, des militantes ont rendu visite aux femmes enfermées du centre fermé de Holsbeek. Au travers des grilles, elles ont échangé avec celles qui sont détenues et rendues invisibles par la politique des frontières.

« Nous sommes une vingtaine de femmes au centre fermé de Holsbeek. Certaines sont enceintes. Beaucoup sont là suite à une demande de mariage, mariage jugé blanc par l’administration. D’autres ont été séparées de leurs enfants qui vivent en Belgique. Tout le monde souffre ici, la nourriture est dégueulasse. Certaines de nous ne mangent pas.On est toutes très stressées et n’arrivons pas à dormir.Certaines sont ici depuis plusieurs mois, une depuis 7 mois.Où sont nos DROITS ? On est pas des criminelles mais sommes traitées pire que des criminelles”

Suite à cette visite,le lendemain un groupe de femmes détenues est entré en résistance et a entamé une grève de la faim. Elles protestent contre leur enfermement et contre les conditions de détention.

« Aujourd’hui personne n’a mangé. Elles “want good food”, elles veulent leur liberté. They don’t care if someone die or if someone gets sick. Elles disent qu’elles vont arrêter de manger toutes la semaine. »« ils ne veulent pas que l’on ait des contacts « « We need help, no one talks with us.

Depuis 16 heures plus d’infos, certaines ont leur tél coupé !Probablement sous pression, aucune d’elles ne répond au téléphone depuis plusieurs heures.

Femmes en luttes, femmes en résistance, la grève prend la forme d’une grève de la faim quand on touche le fond de l’humanité.

Source: https://bxl.indymedia.org/